Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Sept-Iles

Fiche d'identité

Localisation : Océan Atlantique / France métropolitaine / Façade atlantique

Catégorie : Réserve naturelle nationale
Catégorie reconnue de droit français : Oui

Type de désignation : Nationale

Statut (désigné / en projet) : Actif
Texte réglementaire de création : arrêté du 18 octobre 1976 portant création de la réserve naturelle dite "des Sept-Iles" (Côtes-du-Nord)

Surface : 3.22 Km²

Description de l'aire marine protégée

Localisation : commune de Perros Guirec, Côtes d’Armor, Manche Ouest.

Description : 40 ha terrestre, 240 ha estran (intertidal).

À sept kilomètres au large des rochers de Ploumanac’h en Perros-Guirec, dans les Côtes d’Armor, en Manche Ouest, l’archipel des Sept-Iles s’étire sur un axe Nord-Est/Sud-Ouest.
Rouzic, Malban, l’île Plate, Bono, l’île aux Moines et le Cerf composent cet ensemble totalisant à peine 40 hectares de terres émergées. Mais la réserve naturelle s’étend sur le domaine public maritime exondable soit environ 240 hectares.
À ceux-ci, il faut ajouter une zone de protection interdite à la chasse dans un rayon d’un mille marin à partir de la laisse de basse mer. La superficie totale concernée par l’arrêté de classement en zone protégée représente environ 4 000 hectares.

Sur le plan biologique et à divers niveaux géographiques, la spécificité de l’archipel des Sept-Îles s’articule autour de trois caractères :
- Un caractère d’unicité : l’archipel est le seul en France à présenter une telle diversité de l’avifaune marine avec 12 espèces nicheuses plus un mammifère marin. Cette diversité est exceptionnelle à l’échelle européenne.
- Un caractère d’originalité : la majorité des espèces nicheuses sont en limite sud de leur aire de nidification ; la végétation présente une très forte naturalité pour au moins deux îlots.
- Un caractère de représentativité : l’archipel est représentatif des écosystèmes insulaires qui allient une richesse spécifique marine extrême avec une richesse spécifique terrestre relativement moindre.

A l’échelle régionale, l’archipel des Sept-Îles assume trois rôles essentiels :
- Un espace refuge pour les oiseaux marins nicheurs et le phoque gris reproducteur. La plupart des espèces accueillies ont un statut de conservation national ou international qui impose des priorités de gestion : espèces en danger, vulnérables, protégées, sur Listes Rouges, sur annexes des directives européennes, aux effectifs hautement significatifs, en limite d’aire de reproduction…
- Un espace sous-marin producteur massif de matière organique ; l’énorme champ de laminaires ceinturant les îles de l’archipel entre 0 et 25 m de fond est le principal producteur de matière organique pour les écosystèmes sous marins de la plaine sédimentaire avoisinante.
- Un espace pilote de veille écologique ; la très forte naturalité et représentativité du site à l’échelle régionale légitiment les efforts consacrés à l’étude de la dynamique des milieux sur le long terme.

 

Calendrier des principales étapes du projet

Bref historique :
- 1912 : interdiction préfectorale de la chasse aux macareux aux Sept-Îles.
- 1961 : affectation de l’archipel au Conseil Supérieur de la Chasse.
- 1962 : création de la réserve de chasse d’un mille marin autour de l’archipel.
- 1972 : transfert de l’affectation à l’Office National de la Chasse.
- 1976 : création de la réserve naturelle par arrêté ministériel.
- 1983 : inscription à l’inventaire ZNIEFF Terre.
- 1986 : inscription à l’inventaire ZPS pour la partie terrestre de la réserve naturelle.
- 1988 : inscription à l’inventaire ZPS pour la partie marine de la réserve naturelle.
- 1992 : inscription à l’inventaire des ZICO.
- 1993 : affectation de l’île aux Moines au Conservatoire du Littoral à l’exception de quelques parcelles.
- 1996 : réglementation de la circulation des vedettes de transport à passagers dans l’archipel ; réglementation des débarquements dans la réserve naturelle ; réglementation de la pêche à pied dans la réserve naturelle.
- 1997 : inscription à l’inventaire ZNIEFF Mer pour l’estran de la réserve naturelle.
- 1998 : inscription à l’inventaire ZNIEFF Mer pour la partie sous-marine de l’archipel.
- Début 2000 : réflexion sur une extension de la réserve naturelle sur le domaine marin.
- 2006 : réalisation du Document d’Objectif du site Natura 2000 « Côte de Granit Rose, des îles Milliau à Tomé, archipel des Sept-Iles » .
- 2007 : désignation de la ZSC (FR 5300009) .
- 2008 :désignation de la ZPS (FR 5310011)

Statut actuel :
- Réserve Naturelle Nationale : 40 ha de terres émergées et 240 ha d’estran (intertidal).
- Natura 2000 : la réserve fait partie intégrante de la ZPS et ZSC avec extension dans le cadre de Natura 2000 en mer.

Enjeux identifiés

Les enjeux patrimoniaux identifiés dans le plan de gestion de la réserve (2005-2009) sont les suivants:

- La conservation des populations d’oiseaux : les colonies d’oiseaux marins nicheurs firent de tout temps l’attrait majeur de l’archipel. Il abrite encore aujourd’hui des espèces à très forte valeur patrimoniale, en danger, vulnérables ou aux effectifs significatifs, et d’envergure nationale et européenne.

- La conservation des habitats terrestres à forte valeur patrimoniale : la flore, avec sa dynamique temporelle quasi naturelle pour au moins deux îles et avec la plupart de ses phytocénoses en danger, représente un enjeu patrimonial d’envergure régionale.

- La conservation de la colonie de phoques gris : en France, il n’existe que deux sites accueillant une population permanente et reproductrice, mais très fragile : l’Iroise et les Sept-Iles.

- La conservation des habitats de l’estran : l’érosion de la biodiversité des estrans rocheux continentaux accentue la valeur patrimoniale de ceux des Sept-Iles.

- La conservation des habitats sous marins : véritable clé du bon fonctionnement écologique d’un vaste écosystème, le domaine marin exceptionnel de biodiversité des Sept-Iles est un enjeu majeur de conservation pour notre région.

- La conservation des paysages en conciliant fréquentation et préservation des milieux : porte ouverte dans la réserve, l’enjeu sur l’île aux Moines consiste à préserver son patrimoine naturel, paysager et historique en assurant la compatibilité entre les activités humaines et la faune et flore.

Les milieux terrestres, intertidaux et marins sont fortement dépendants l’un de l’autre et fortement imbriqués. la fonctionnalité biologique de l’archipel repose sur l’intégration des dimensions marines et terrestres dans la conservation du site.

Usages et problématiques du milieu

C’est certainement la pression touristique, qui est le facteur le plus perturbant des équilibres et qui a pour cibles essentielles : les oiseaux marins sur l’eau, le phoque gris en repos sur l’estran et la végétation sur l’île aux Moines.

La pression exercée par les pêcheurs à pied sur l’écosystème de l’estran est extrêmement difficile à quantifier. S’il y a incontestablement un dommage occasionné au milieu (des espèces sont prélevées et le milieu est perturbé), la question est plutôt de savoir si les capacités du milieu à se restaurer sont intactes.

Expériences acquises, études en cours, pratiques valorisables

- Suivi annuel des oiseaux marins nicheurs et de la population de phoques gris.
- Suivi de la couverture des unités phytocénotiques de végétation terrestre (1995, 2002, 2009).
- Cartographie des biocénoses de l’estran –1996, 2005 et 2010.
- Suivi de la diversité algale de l’estran.
- Mise en place d’un protocole de suivi par détection acoustique des champs sous marins de grandes algues (en cours – Ecokelp).
- Essai de protocole de suivi de la faune des champs de blocs de l’estran.
- Méthode d’échantillonnage de peuplements algaux intertidaux adaptée à un suivi sur le long terme : Evaluation de la validité du protocole REBENT pour le site particulier de l’archipel des Sept-Iles.
- Mise en place d’un protocole de suivi de la faune intertidale sur roche en place.
- Approche écologique de la plongée sous marine sur les peuplements rocheux subtidaux : mise au point d’un indice d’évaluation des perturbations.
- Inventaire de la faune et de la flore sur les fonds rocheux de l’archipel des Sept-Iles.
- Estimation de la biodiversité et de la biomasse des animaux benthiques de l’estran de la réserve naturelle des Sept-Iles.
- Cartographie des biocénoses de l’estran et évolution de ces unités (1997, 2005 et à venir 2010).
- Suivi écologique des champs de zostères (point REBENT).
- Cartographie du relief des fonds marins de l'archipel en cours : acquisition partielle d’un Modèle Numérique de Terrain Bathymétrie et Sédimentologique (en cours).
- Méthodologie de suivi des poissons inféodés aux champs de laminaires de la Manche (2004).
- Suivi des activités humaines sur l’archipel.

Thèmes souhaités de partenariat et d’échange

- Gestion des usages récréatives et activités humaines sur l’archipel.
- Impacts de l’activité humaine sur les écosystèmes (notamment estran par rapport aux perturbations naturelles et anthropiques).
- Validation des protocoles méthodologiques spécifiques de suivis des milieux intertidal et subtidal (connaissance de la biodiversité, indicateurs de l’état de conservation et évaluation des changements).
- Application des réglementations en place, pouvoirs de police…
- Mutualisation des moyens humains et techniques pour les suivis plongée (charte, sécurité…).

Carte

Mise à jour : 12/05/2014