Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Domaine de Beauguillot

Vidéo

Fiche d'identité

Localisation : Océan Atlantique / France métropolitaine / Façade Manche – Mer du Nord

Catégorie : Réserve naturelle nationale
Catégorie reconnue de droit français : Oui

Type de désignation : Nationale

Statut (désigné / en projet) : Actif
Texte réglementaire de création : décret n°80-74 du 17 janvier 1980 portant création de la réserve naturelle du domaine de Beauguillot (Manche)

Description de l'aire marine protégée

Localisation : Manche-Est ; Région Basse-Normandie ; Département La Manche (50) ; Commune Sainte-Marie du Mont.

Superficies :
- 505 ha classés en réserve naturelle nationale, dont 350 ha sur le Domaine Public Maritime.
- Inclue dans le site Natura 2000 « Marais du Cotentin et du Bessin-Baie des Veys » : 33 600 ha classé en ZPS (FR2510046) et 30 500 ha classés en SIC (FR2500088).
- Inclue dans le site Ramsar « Marais du Cotentin et du Bessin-Baie des Veys » : 32 500 ha.

Description
La réserve naturelle nationale du Domaine de Beauguillot, à la fois terrestre et marine, est située en Baie des Veys, sur le département de la Manche. Pour partie propriété du Conservatoire du Littoral, cette AMP est gérée par l’Association Claude Hettier de Boislambert. La partie maritime de la réserve présente une superficie de 350 ha. Elle protège une vaste zone constituée d’habitats intertidaux non végétalisés, frangée le long du trait de côte par la présence de près salés à obione, de dunes embryonnaires, mobiles et fixées, suivies de prairies hygrophiles et de quelques boisements sur le domaine terrestre. Classé depuis 1980 en réserve naturelle nationale, le site bénéficie d’un plan de gestion évalué tous les cinq ans et mis en œuvre via un personnel salarié par l’association gestionnaire (2,5 ETP). Les grands axes de gestion s’orientent vers la conservation de l’intérêt du site pour les oiseaux d’eau (30 à 40 000) en tant que zone d’escale migratoire et d’hivernage, la protection d’une colonie de Phoques veaux-marins et le maintien des habitats naturels. Pour le DPM classé, la gestion se traduit notamment par la mise en œuvre de suivis scientifiques (surveillance benthique et sédimentaire, suivi aérien de la colonie de phoques, comptage des oiseaux marins et littoraux…) mais aussi par le contrôle et la réglementation des nombreuses activités humaines rencontrées (conchyliculture, pêche à pied professionnelle et de loisir, activités touristiques…).

 

Calendrier des principales étapes du projet

- 1973 : Instauration d’une réserve de chasse maritime (actuel DPM en RNN), modifiée et précisée en 1978.
- 1980 : Décret portant création de la Réserve Naturelle Nationale du Domaine de Beauguillot, la Fondation Beauguillot devient gestionnaire du site.
- 1989 : Elaboration du 1er plan de gestion de la réserve naturelle.
- 1990 : « Marais du Cotentin et du Bessin-Baie des Veys » est classé ZPS (33 600 ha).
- 1991 : « Marais du Cotentin et du Bessin-Baie des Veys » devient site Ramsar (32500 ha).
- 1995 : Evaluation du 1er plan de gestion et rédaction du 2ème.
- 1997-2000 : Le CEL devient propriétaire de la partie terrestre de la RNN.
- 1997 : Arrêté / interdisant véhicules motorisés sur le chemin d’accès au DPM en RNN.
- 1998 : L’Association Claude Hettier de Boislambert devient gestionnaire du site, dissolution de la Fondation Beauguillot.
- 1999 : Signature d’une charte par les usagers du DPM en RNN visant à définir des modalités d’utilisation en adéquation avec les enjeux de la réserve naturelle (à renouveler).
- 2000 : Evaluation du 2ème plan de gestion et rédaction du 3ème prorogé pour 5 ans.
- 2007 : Arrêté / modalités de pêche professionnelle des gisements de coques en RNN.
- 2009 : Evaluation du 3ème plan de gestion.

Dans le cadre du 4ème plan de gestion :
-Amélioration du balisage maritime et mise en œuvre auprès du grand public de dispositifs d’interprétation de la réglementation du DPM classé en RNN avec pour principal objectif de renforcer les conditions de quiétudes pour les oiseaux et les mammifères marins.
-Renforcement de l’effet réserve du DPM classé en RNN, notamment pour un maintien et/ou une amélioration du rôle fonctionnel du site et contribuer à une gestion durable de la ressource à l’échelle de la Baie des Veys : gisements de coques, poissons, …

Enjeux identifiés

La réserve naturelle nationale du Domaine de Beauguillot est reconnue d’importance internationale pour la conservation de nombreux oiseaux d’eau (30 à 40 000 individus y sont recensés lors des plus fortes concentrations : Laridés, Anatidés, limicoles côtiers…). Elle représente par exemple, à l’échelle de l’unité fonctionnelle Baie des Veys-Marais du Cotentin, la principale remise diurne pour les Anatidés et regroupe les principaux reposoirs utilisés pendant la marée haute par les limicoles côtiers de la Baie des Veys.

Le site héberge la seconde colonie française de Phoques veaux-mains (Phoca vitulina) avec la présence de près d’une centaine d’individus. D’un point de vue fonctionnel, la zone de schorre classé en RNN représente la principale zone de repos utilisée par la colonie pendant la marée haute, c’est également une zone de mise-bas.

Le site présente de nombreux habitats d’intérêt communautaires : replats boueux ou sableux exondés à marée basse ; végétations dominées par les salicornes des bas niveaux ; spartinaies de la slikke et dépressions du bas schorre ; prés salés à obione…

Usages et problématiques du milieu

Le DPM classé en RNN est le lieu d’un grand nombre d’usages : conchyliculture (huîtres et moules), pêche à pied professionnelle (coques) et de loisir, pêche de plaisance et professionnelle, tourisme de découverte, entraînement de chevaux de courses…

Toutes ces activités peuvent remettre en cause l’effet réserve : rôles fonctionnels, quiétude pour la faune, protection des espèces et des habitats, conservation de la ressource…

Expériences acquises, études en cours, pratiques valorisables

Habitats :
- Cartographie des habitats.
- Surveillance des habitats.

Flore :
- Cartographie des unités écologiques.
- Suivis spécifiques, de stations.

Avifaune :
- Surveillance de l’avifaune (Anatidés, limicoles côtiers et oiseaux marins) et Etudes fonctionnelles / anatidés et limicoles.

Mammifères :
- Suivi des micromammifères en lien avec les modalités de gestion agropastorales.
- Surveillance de la colonie de Phoques veaux-marins (comptages terrestres et aériens).
- Analyse du régime alimentaire des Phoques veaux-marins.
- Etude fonctionnelle Phoques veaux-marins (Balises GSM).

Invertébrés :
- Surveillance de la macrofaune benthique intertidale et sédiments associés.
- Inventaire des invertébrés continentaux : insectes (sauf plusieurs familles de diptères, d’hyménoptères), mollusques (liste incomplète), annélides oligochètes (liste incomplète), crustacés (liste à compléter), plusieurs ordres sont à renseigner.
- Suivi des macrolépidoptères rhopalocères (abandonné en 2005).

Autres :
- Animation de réseaux de surveillance de l’avifaune à l’échelle de l’unité fonctionnelle (PNR, FDC50, CEL, SyMEL, ONCFS, Associations naturalistes, Bénévoles).
- Animation de l’Observatoire « Littoral, limicoles et macrofaune benthique » pour RNF et mise en œuvre de 2 protocoles de surveillance appliqués au littoral : limicoles côtiers et macrofaune benthique.
- Participation au Réseau national d’échouages de mammifères marins (RNE).

Thèmes souhaités de partenariat et d’échange

- Gestion intégrée de la zone côtière.
- Gestion des différents usages et activités humaines.
- Dispositifs de surveillance des différents compartiments biologiques littoraux et marins.
- Impact des activités humaines sur la fonctionnalité des écosystèmes.

Carte

Mise à jour : 12/05/2014