Partager cette page Imprimer cette page Ajouter cette page à mes favoris Conseiller cette page à un ami Agrandir les caractèresRéduire les caractères

Affinez votre recherche

Rapport de l'AEE sur les contaminants dans les mers européennes (2018)

Méditerranée - Façade atlantique - Façade Méditerranée - Façade Manche – Mer du Nord

L'Agence européenne pour l'environnement a publié le 15 mai 2019 un rapport sur les contaminants dans les mers européennes. C'est la toute première cartographie de ce genre à l'échelle de notre continent.

Le constat n'est pas réjouissant : entre 75 % et 96 % de la superficie évaluée des mers régionales sont confrontées à un problème de contamination... La mer noire, les eaux littorales de la Méditerranée ou encore la Manche, la mer du Nord et la Baltique payent ainsi un lourd tribut environnemental.

Quelques conclusions du rapport pour l'Agence européenne pour l'environnement sur la contamination des eaux européennes

Le rapport se base sur les résultats des suivis effectués dans le cadre de la DCSMM et de la DCE. Des prélèvements ont été effectués sur 1541 sites européens (eaux côtières principalement et quelques masses d'eaux du large pour la mer Noire, la Manche et la mer du Nord, la Baltique).
La grande majorité des sites sont confrontés à un ou plusieurs polluants chimiques, plus ou moins nocifs pour l'environnement. La mer noire, les eaux littorales de la Méditerranée ou encore la Manche, la mer du Nord et la Baltique payent ainsi un lourd tribut environnemental.
Le journal Le Marin a procédé à une rapide analyse du document pour en ressortir quelques points clefs :

  • La contamination méditerranéenne par le DDT, pourtant interdit dans la plupart des pays européens, ne régresse pas car celui-ci est toujours utilisé dans certains pays africains
  • Dans l’ensemble, grâce aux interdictions et aux sévères restrictions, le niveau de contaminants – métaux lourds, PCB, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) – relevé est en baisse dans les quatre mers.
  • Les concentrations de cadmium et de mercure provenant de centrales au charbon, ne respectent toujours pas les seuils convenus dans certaines zones côtières.

Si l'on peut se réjouir de la baisse des taux de certains polluants, la superficie des zones contaminées et la persistance des polluants sont telles, qu'il faudra encore beaucoup d'efforts collectifs pour retrouver des eaux en bon état écologiques (BEE) en Europe.
Les prochaines évaluations concerneront l'eutrophisation, la biodiversité marine, les effets combinés des activités humaines, les aires marines protégées... 

L'AEE conclut que les échéances de 2020 inscrits dans la DCSMM sont encore loin d'être respectées. L'AEE prône une transition en profondeur dans l'utilisation des produits chimiques et notamment davantage de contrôle.

 

Pour en savoir plus

Le rapport est téléchargeable ici ou sur le site de l'Agence européenne pour l'environnement (en anglais) : https://www.eea.europa.eu/

Page 33 du rapport, vous trouverez la carte de synthèse des contaminations (sédiments, colonne d'eau, organismes). Pensez à zoomer sur la carte pour pouvoir lire les détails sur les masses d'eaux côtières.

Référence du document : European Environment Agency. Contaminants in Europe's seas Moving towards a clean, non-toxic marine environment. 2019. 61 pp.      ISBN 978-92-9480-058-9

Date du document : 05/2019

Mots-clés associés : qualité de l'eau DCSMM DCE pollution

Retour à la documentation